Bio des auteurs et illustrateurs 2017

 

Kristian Ar Bras

Kristian AR BRAZ
Kristian Ar Braz est né et a grandi dans les Monts d’Arrée puis a vécu dans différents pays tel que l’Allemagne, l’Irlande, l’Ecosse ou la Grèce. On peut voir certains des films de ce cinéaste sur Kaouenn.net. Il est également animateur radio sur RCF (Radio an Aodoù) et produit de la littérature radiophonique. Il a publié, à partir de 2008, deux écrits destinés aux jeunes, Kest et Spont (chez KVB), ainsi que plusieurs nouvelles qui ont été éditées dans Al Liamm. Pour compléter ce tableau, K. Ar Braz à traduit deux ouvrages de l’anglais vers le breton : A-zivar logod ha tud (Of Mice and Men, John Steinbeck) et Distro (Making it Home, une pièce de théâtre de Gerry McDonnell). D’autres textes ont été traduits en français et certains travaux sont toujours en cours.
——————
Kristian Ar Braz zo ur filmaozer breizhat, ganet ha savet e Menez Are. Bevet en deus en Alamagn hag en Iwerzhon. Labourat a ra evit ar skingomz RCF Rivages e Brest.

 Levrioù zo bet skrivet gantañ evit ar vugale hag ar grennarded. Troet en deus oberennoù (romantoù ha pezhioù-c’hoari)  Skrivet en deus danevelloù a zo bet embannet er gelaouenn Al Liamm. Bet en deus bet Kristian (ar) Braz Priz 2012 danevelloù e brezhoneg Kêr Garaez evit Rebetiko.

 Embann a ra lod eus e filmoù e kaouenn.net
Patrick BECHARD / PADS
PADS est né à Rennes en 1973. Il enseigne en maternelle à Vannes. Ses travaux en BD sont parus dans plusieurs magazines : le fanzine Gripi, Meuriad, ainsi que Ya !. Il met à jour, tous les mois, son site Skrabidoull où l’on trouve des bandes-dessinées créées ou traduites en langue bretonne. Il est aussi l’auteur de livres destinés aux plus jeunes bretonnants édités par Keit Vimp Bev.
——————
Ganet eo PADS e Roazhon e 1973. Mestr-skol eo er skol-vamm e Gwened. Embanet eo bet e labour war ar bannoù-treset e meur a gazetenn : ar fanzin Gripi, ar gelaouenn Meuriad hag ar gazetenn Ya !. War-dro e lec’hienn Skrabidoull e ra ivez bep miz. Warni e c’heller kavout bannoù-treset savet pe troet e brezhoneg. Pevar levr en deus graet evit ar re vihan tout, bet embannet gant Keit Vimp Bev.

Pascal Brissy

 

Benoît Broyart ©Boëlle

Pascal BRISSY
Pascal BRISSY est né l’année où l’homme a marché sur la lune… Plus tard, lorsqu’il a appris la nouvelle, il a décidé d’y aller faire un tour. Depuis qu’il invente et écrit ses histoires, il n’est jamais redescendu ! Rendez-vous compte : plus de 200 de ses histoires ont été publiées par la presse et les éditions jeunesse. Il écrit pour les jeunes lecteurs de 2 à 16 ans et a reçu en 2016 le prix «Chronos» pour son album «Mais quelle idée !». Des textes tout en humour, tendresse et fantaisie, parfois un brin décalés: les ingrédients indispensables pour donner aux enfants l’envie de lire.

Benoît BROYART

Né à Reims en 1973, il a été employé de librairie à Paris. Il vit aujourd’hui avec sa famille en Bretagne, à Peillac. Il a collaboré de 1998 à 2005 au magazine d’actualité littéraire Le matricule des anges (une centaine d’articles et entretiens). Il a créé la lecture-performance Les contes de la cabine en 2011 pour laquelle il est auteur et lecteur. Il a tiré également de son roman Cavale, paru chez Oskar éditeur en 2012, une lecture en selle. Il est président du Comité d’émergence de Livre et Lecture en Bretagne. Entre janvier et mars 2016 il a été en résidence à Morlaix avec La Baie des livres, en particulier avec 2 classes d’Ar Brug et du Poan Ben qui ont réalisé une bande dessinée, présentée ce week-end.

Madeleine BRUNELET
Élevée par une mère norvégienne, les elfes et les trolls d’Elsa Beskow et Kittelsen ont bercé son enfance. La magie de ces images lui ont donné l’envie de se frotter à l’illustration. Armée de crayons, tubes, pinceaux, pastels et stylet, elle s’y attache depuis des années avec un plaisir qui ne s’émousse pas. Ses trois enfants ont été source d’inspiration. Maintenant grands, ils restent ses premiers lecteurs.

Rémi COURGEON
Rémi Courgeon est né en 1959 à Choisy-le-Roi. Après avoir caricaturé ses profs pendant toute sa scolarité, il passe le diplôme « expression visuelle » à l’école Estienne à Paris. Il est auteur de livres pour enfants (textes et dessins) et compte une vingtaine d’albums à son actif, parus chez Albin Michel, Circonflexe, Mango, Casterman, Thierry Magnier et Nathan. Ses premiers lecteurs sont ses trois enfants. Il est également reporter et réalise des carnets de voyage (reportage dessiné sur les Dogons du Mali pour Géo en 2002, reportage sur le sida au Kenya pour Médecins sans frontières en 2006). Il est aussi peintre, ses travaux ont fait l’objet de plusieurs expositions en France et à l’étranger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jennifer DALRYMPLE
Jennifer Dalrymple est tout autant dans les histoires qu’immergée dans la nature. Auteur d’une cinquantaine de livres et d’une multitude d’histoires petites et grandes publiées en presse, elle s’adresse à tous les âges confondus car dans son univers tous les âges se confondent. Amoureuse de la Nature en la multitude de ses aspects, elle a été longtemps activiste avant de s’établir au milieu des arbres et des champs avec sa petite famille. « Réconcilier l’Humain et la Nature » est son ambition, dans ses livres et son intime réflexion, et en tant qu’artiste elle n’a de cesse de partager avec ses frères et sœurs humains ce que ses intuitions, perceptions et émerveillements lui font découvrir.

Laure DESLANDES

Née à Brest à la toute fin des mystérieuses années 1970, elle se passionna dès sa naissance pour tout ce qui est digne d’intérêt : les animaux, les plantes, les livres de l’École des loisirs, les garçons, les humains et les langues anciennes. Très tôt, elle écrit, emplissant des carnets entiers de poèmes mythologiques et de croquis coquins. Sa découverte, dans un lycée normand, des pires vicissitudes sociales, des ravages de l’alcool, des réseaux sociaux et des amours ancillaires lui donne envie de composer des romans pour les enfants. C’est ainsi qu’elle offre au public ébahi un premier ouvrage ambitieux, Le collège des éplucheurs de citrouilles, qui met en scène un établissement scolaire oublié de tous où règnent d’étranges mœurs et qui voit éclore, contre toute attente, les sentiments les plus brûlants. Un peu plus tard, elle récidive avec Quelques grammes de bonheur, une pincée d’amitié, destiné, cette fois, aux adultes et narrant la passion naissante entre une diététicienne philanthrope et un philosophe désabusé.

Valentine DI GREGORIO

« Depuis ma tendre enfance, j’aime me perdre dans la création, l’imaginaire, les rêves. Car dans le monde de l’irréel, au moins, je peux tout contrôler, tout décider et tout arrêter à chaque instant. Recréer, détruire, modifier, à l’infini, inlassablement. Et maintenant, cela passe par mes doigts courant sur le clavier, laissant mes pensées se former, devenir plus concrètes. Je suis aussi le genre de personnes à sentir l’odeur des livres, à aimer se perdre dans les rayons des librairies, à s’attacher à des personnages seulement fictifs. Le genre qui dévore un roman d’une traite. Qui collectionne les livres, qui aime passer ses doigts sur les pages et qui s’extasie sur les couvertures. »

Bertrand GALIC
Né en 1974 à Lorient, Bertrand Galic, quelque peu chahuteur mais bon élève, passionné d’Histoire et de Littérature, fait des études qui le conduisent aux classes préparatoires du lycée Kérichen, à l’université puis à l’IUFM de la cité du Ponant. Le CAPES en poche, le jeune homme participe à la grande loterie des mutations qui l’oblige à un exil plutôt clément dans le Midi toulousain. Si 2008 est l’année du grand retour en Finistère, 2010 sera celle des grandes décisions. Les retrouvailles avec les amis Kris et Le Gouëfflec sont déterminantes : il se lance en effet dans l’écriture et commence à scénariser pour la bande dessinée. Au printemps 2012, il rencontre Marc Lizano, avec lequel il décide d’adapter un livre qui lui tient vraiment à cœur : Le Cheval d’Orgueil, de Pierre-Jakez Hélias…
Cécile HUDRISIER
Elle a obtenu une maîtrise d’arts plastiques à Toulouse en 1999. Depuis, elle travaille en tant qu’illustratrice pour la presse jeunesse et a publié de nombreux ouvrages en particulier pour les éditions Didier jeunesse ( La grosse faim de p’tit bonhomme, La moufle…) et Thierry Magnier (Il était une fois … contes en haïkus) Son travail alterne entre collages fourmillant de p’tits détails rigolos et aquarelles plus épurées et poétiques. Elle tient un blog: http://leschosettes.canalblog.com

Emile JADOUL
Émile Jadoul est né en 1963 à Avennes en Belgique. Il est diplômé d’arts graphiques et d’illustration. Depuis qu’il a quitté l’école des Beaux-Arts, il vit à la campagne dans une petite maison au milieu des bois d’où sortent d’ailleurs régulièrement des lapins, des renards, parfois des cochons et même des ours ! Tous ces animaux lui inspirent des images pleines de couleurs. Quand il ne dessine pas dans son atelier, il parle de son métier, dispense des cours à de futurs illustrateurs et expose son travail. Il travaille principalement avec l’Ecole des Loisirs et Casterman mais aussi avec la presse (Bayard, Milan, Averbode), il a publié plus de 70 albums pour la jeunesse. Il a reçu de nombreux prix pour son travail.

Hervé JUBERT
Né en 1970, Hervé Jubert a été dans le désordre, chauffeur de maître, garçon boucher et batteur dans un groupe Garage. Au passage du millénaire, il décide de se consacrer à l’écriture. Il suit les traces d’une enquêtrice au XIXème siècle (trilogie de Blanche), d’une sorcière dans un univers steampunk ( L’Opéra du diable) , d’une acrobate dans l’Exposition universelle de 1900 (Le palais des mirages), d’une voleuse de grands chemins ( Vagabonde)… Il parcourt le monde en compagnie de sept adolescents à la poursuite des chimères en voie d’extinction ( M.O.N.S.T.R.E.). Georges Beauregard, ingénieur-mage au ministère de l’étrange le guide dans les villes de Sequana et de New London ( Magies secrètes, Le tournoi des ombres, La nuit des égrégores ).
Laurence LAVRAND
Laurence Lavrand est née à Quimper et a étudié la littérature à Brest avant de devenir professeur dans divers collèges et lycées du Finistère. Elle a quatre enfants. Elle a écrit environ une douzaine de livres, édités en français et/ ou en breton. Grace à son métier de documentaliste, elle a pu voyager et passer 6 ans à Mayotte, île qui l’a beaucoup inspirée pour l’écriture.
——————
Laurence Lavrand a zo genidig deus Kemper. Studioù lennegezh he deus graet e Brest araok bezañ anvet da gelennerez e meur a skolaj ha lise Penn ar Bed. Pevar bugel he deus. Skrivañ a ra levrioù evit ar re yaouank, koulz e galleg hag e brezhoneg. Bevet he deus bloavezhioù e Mayotte hag he skritur zo bet levezonnet kalz gant he beajoù hag he micher war an enezenn. Skrivañ a ra barzhonegoù ivez.
Laetitia LE SAUX
Née à Nantes en 1969, elle débarque, pinceaux et ciseaux à la main, crayonne, peint, découpe, coud. Un diplôme des Beaux-Arts en poche, elle s’aventure dans le monde de l’illustration. Laissant libre cours à son imagination débridée, mêlant diverses techniques (pochoirs, collages, effets de matière, mises en volume), elle affiche une passion certaine pour la couleur. Elle illustre couvertures de livres, manuels scolaires, contes et albums pour enfants, inventant des montages faussement naïfs. Fidèle aux couleurs vives et chaleureuses, à coups de pinceaux perceptibles et coups de ciseaux incisifs, elle croque des personnages qui interrogent le monde contemporain avec un regard malicieux. Dans sa petite fabrique de Doudous elle crée des poupées de tissu, pièces uniques qui s’animent en 3D pour des spots publicitaires.
Jessie MAGANA
Auteur jeunesse, elle a publié dans la collection Ceux qui ont dit non et des documentaires. Elle dirige deux collections jeunesse : Français d’ailleurs, sur l’histoire de l’immigration, créée chez Autrement jeunesse, reprise aujourd’hui par Casterman. Et depuis septembre 2016, la nouvelle collection Les Héroïques qu’elle a créée chez Talents Hauts avec la volonté de donner une voix aux héros de l’ombre. Elle a publié dans ce cadre Des cailloux à ma fenêtre, dont l’action se déroule sur l’île de Sein en 1940. Les livres qu’elle publie ou écrit témoignent de son engagement pour l’égalité entre les peuples, entre les sexes. Dans cette lignée, elle a participé à l’écriture d’Eux c’est nous, un ouvrage publié par plus de 50 éditeurs jeunesse dont les bénéfices sont reversés à la Cimade, une association d’aide aux réfugiés.
Maria MENGUY
Enseignante mais aussi graphiste, illustratrice et photographe, Maria Menguy mélange les techniques pour fabriquer ses images. Affiches, livres pour enfants, elle explore des univers très différents afin d’enrichir son imaginaire. Fascinée par les ombres, les formes, les objets surréalistes, les vieilles photos, les estampes, elle trouve son inspiration dans la force poétique des choses et la magie des rapprochements.
——————
Skolaerez met ivez grafourez, skeudennaouerez ha luc’hskeudennerez eo Maria Menguy. Meskiñ a ra an teknikoù evit sevel he skeudennoù. Skritelloù, levrioù evit ar vugale, mont a ra dre vedoù disheñvel-mik an eil re diouzh ar re all evit pinvidikaat he faltazi. Boemet ma ‘z eo gant ar skeudoù, ar stummoù, an traoù surrealour, ar poltredoù kozh, ar stampoù, e kav hec’h awen e nerzh barzhel an traoù hag e hud traoù disheñvel lakaet keñver-ha-keñver.

Thierry NOUVEAU
Thierry Nouveau est né en 1970 à Tours. Passionné depuis son plus jeune âge par le dessin, il signe ses premières planches de BD alors qu’il est encore adolescent. Tout naturellement, il se dirige vers des études artistiques et intègre les Beaux-Arts de Rennes. Il devient illustrateur free-lance, puis illustrateur de presse et enfin illustrateur jeunesse. C’est en travaillant pour le Journal de Mickey qu’il est initié à la BD. La rencontre avec Marc Cantin, scénariste, est déterminante : ils signent ensemble les séries des « Léo et Léa » et des « Ma mère et moi », BD humoristique à destination des jeunes lecteurs. Thierry Nouveau ne s’arrête pas là et change de registre avec les BD « Théa, cavalière » : un nouvel univers où il peut exprimer sa grande passion pour les animaux.

Pef ©C

PEF
Tout le monde connait Pef !
Mettez lui un bonnet rouge, un long manteau rouge et blanc et on croirait au Père Noël.
Sa mère qui était maîtresse d’école lui appris l’amour, l’amour des mots. Quand il a fallu grandir (un peu) Il a essayé plusieurs métiers: journaliste, essayeur de voitures de course et même responsable de la vente de parfums pour dames. Finalement, il a choisi de raconter des histoires. Ouf! Pef utilise deux plumes : l’une écrit et l’autre dessine. La première dérape à la moindre occasion et la seconde la suit les yeux fermés. Sa femme Geneviève met en couleurs la plupart de ses livres.
Pef vit un peu dans son monde! Il aime courir sur les chemins de sa campagne, discuter avec les alouettes et les crottes de lapin. Ses meilleurs amis sont le vent, les nuages et trois petites étoiles qu’il est le seul à connaître.
Pef a déjà signé plus de 150 ouvrages, graves, drôles, tendres ou désopilants… « La belle lisse poire du prince de Motordu », publié en 1980, est son plus beau succès, vendu à plus d’un million d’exemplaires. Une fabuleuse reconnaissance qui l’amène à collaborer régulièrement avec des institutrices et des orthophonistes, à sa plus grande joie!
Olivier POUTEAU
Né en 1970 à Laval, Olivier Pouteau a commencé par écrire et réaliser des courts-métrages. Depuis une quinzaine d’années, il travaille dans l’évènementiel, notamment pour des festivals littéraires. Quand il a un peu de temps, il écrit des romans pour la jeunesse. Il a publié Abracadabra Amanda en 2014 et Mes vacances à Pétaouchnok en 2016.
RASCAL
Je suis né en 1959. Au coeur de l’été. Il y a 20959 jours. C’est approximatif. Je n’ai jamais été très fort en mathématique. Un peu en français. Un peu en dessin. Beaucoup en rêveries. C’est encore ainsi aujourd’hui. J’ai fui l’école comme on fuit une maison en feu. Avec la mention « Elément non-scolarisable ». Une multitude de métiers divers m’ont ensuite occupé jusqu’en 1991. Depuis, je fais des livres. L’envie m’en a été donnée par Tomi Ungerer et ses trois brigands. Je ne connaissais alors rien aux livres pour enfants et n’en connais guère davantage aujourd’hui. Je suis sans technique, non méthodique, bordélique, si peu grammairien, qu’avec tout cela en main, je m’étonne de faire des bouquins.